Crédit Photo : James Marvin Phelps

L’infobésité est un terme francisé, d’invention québécoise, qui est issu de l’anglais « information overload ».

C’est l’overdose d’informations, la surinformation, la surcharge d’informations à laquelle nous sommes tous les jours confrontés.

Dans la pratique, ce concept désigne la quantité d’informations qu’une personne reçoit sans être en mesure de la traiter ou la supporter.

A vouloir à tout prix traiter toutes ces informations, l’on porte alors préjudice à soi-même ou à son activité.

 

Comment vivez-vous cette surabondance d’informations ?

 

Aujourd’hui, l’infobésité touche tout le monde. Nous la vivons tous les jours, personnellement ou professionnellement .

Le paysage technologique et médiatique est en permanence bouleversé. L’information est permanente et rapide. Elle est partagée en temps réel, « viralisée » ou déformée.

Bien qu’encore présents dans notre quotidien, les journaux papiers et les informations télévisées (multiples chaînes) tendent à être supplantés par l’internet, surtout par les réseaux sociaux.

Une grande quantité d’informations proviendrait désormais du numérique (à savoir : les sites web, les blogs, les emails, les tchats, vidéo conférences, audio, etc.).

 

Quels sont les effets néfastes de cette pluie informationnelle ?

 

Comme on le dit « Trop d’information tue l’information ».

Voyons à présent quelques effets néfastes de ce déluge d’informations.

 

1- Le syndrome de fatigue informationnelle

Le prochain mal du siècle ?

C’est la fatigue qui résulte de ce trop plein d’informations. Une sorte de burn out informationnel après avoir ingurgiter des quantités d’informations que l’on a du mal à traiter.

 

2 – L’addiction à l’information

L’addiction à l’information est le fait de certains comportements boulimiques, compulsifs. Les « addicts » à l’information sont des hyper-connectés et en demandent toujours plus, tout le temps.

 

3 – L’anxiété

La multiplicité des terminaux mobiles a crée ce que l’on désigne aujourd’hui sous l’acronyme FOMO (Fear Of Missing Out), ce qui se traduit en français par la peur de manquer de quelque chose.

Pour ne rien perdre du flux d’informations, la personne anxieuse reste en permanence scotchée à ses terminaux mobiles. Son niveau d’anxiété augmente s’il perd la connexion : il est alors en manque et vit mal cette absence.

 

4 – Le déficit d’attention

Sollicité en permanence par toute sorte d’informations, l’obèse de d’information (appelons-le comme ça), a alors du mal à se concentrer. La raison : les interruptions intempestives et les distractions.

 

5- Le désengagement

Dans son sondage annuel d’octobre 2013, l’institut Gallup indiquait que seulement 13% des employés dans le monde se disent vraiment engagés.

Alors que ces employés engagés sont de 29% en Amérique du Nord, ils ne sont que de 14% en Europe de l’Ouest.

La raison serait à imputer, en partie, à la saturation d’informations, aux dysfonctionnements de certaines organisations, au stress, à la perte de sens, à la perte d’équilibre entre travail et vie familiale.

Nous allons nous arrêter à ces quelques effets néfastes.

Pour aller plus loin, je vous recommande le rapport : Dying for information ? A report on the effects of information overload in the UK and Worldwide, Waddington P., 1998, Reuters, United Kingdom.

 

Comment vous concentrer sur l’information utile pour tirer profit de ce déluge d’informations ?

 

Comme vous le voyez, « Quantité ne veut pas dire qualité ! »

Face à cette surabondance d’informations, le consommateur ne sait plus trop quoi choisir.

Que faire alors ?

Je vous propose maintenant quelques pistes de solutions.

 

1 – Mettez en place des filtres

Le choix des filtres est une question de bon sens. C’est à vous de déterminer quelles informations vous laissez passer et quelles sont celles que vous classez dans les « spams » de votre esprit.

Montez la garde devant votre esprit.

 

2 – Développez votre esprit critique

Ne croyez pas à tout ce que vous lisez ou entendez. Vous direz « certainement, c’est du bon sens ». Mais, ce n’est pas si évident que ça. Dans de prochains articles, nous analyserons quelques mécanismes de manipulation de l’esprit.

 

3 – Trouvez votre propre mécanisme de traitement des informations que vous recevez !

  • Apprenez à classifier vos informations par priorité, en mettant systématiquement de côté les informations inutiles.
  • Trouvez des moments précis dans la journée pour la consultation de vos emails.
  • Mettez en place une veille organisée, structurée et productive pour mieux traiter les informations que vous recevez. Vous pouvez vous servir des applications gratuites Feedly et Evernote.
  • Faites de temps en temps une diète numérique en vous coupant de vos terminaux numériques pour quelques heures. Il m’arrive souvent de le faire pendant une journée entière, en vacances ou en weekend.

 

Prenez vraiment le temps de réfléchir à la manière dont vous consommez les informations. Si cela vous convient, ne touchez à rien. Sinon, mettez en place votre propre mécanisme de traitement des informations.

 

(En complément : voir l’article sur La Méthode des Grosses Pierres)

=> Si vous voulez voir la vidéo associée à cet article : cliquez ici !

______________________

Cet article vous a plu? Partagez-le avec vos amis.

Votre avis m’intéresse. Laissez-moi votre commentaire en dessous !