Innover comme Elon Musk, Jeff Bezos et Steve Jobs, d’Alain Dupas, Jean-Christophe Messina, Cyril de Sousa Cardoso

Livre de réflexion et pratique, Innover comme Elon Musk, Jeff Bezos et Steve Jobs, d’Alain Dupas, Jean-Christophe Messina, Cyril de Sousa Cardoso, est un guide pour les innovateurs du XXI ème siècle.

Les trois auteurs de ce livre, des spécialistes, partent d’une analyse des phénomènes qui expliquent l’essor des géants du numérique comme les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) et NATU (Netflix, Airbnb, Tesla, Uber) avec leur croissance exponentielle, en tirent des enseignements pour ensuite faire des propositions afin de faciliter l’émergence en Europe et notamment en France de grands entrepreneurs capables d’innover à l’instar de leurs compères américains.

Il s’agit d’amener les start-up à devenir des licornes (start-up valorisées à plus d’un milliard de dollars par les investisseurs, avant une éventuelle introduction en Bourse) voire des titans (valorisation à plus de 50 milliards de dollars).

Pour ce faire, nos trois auteurs proposent 9 principes de base pour innover en s’inspirant particulièrement de trois entrepreneurs emblématiques : Elon Musk, Jeff Bezos et Steve Jobs.

 

Principe de base 1 : Vouloir changer le monde

Il est important, dès le départ, d’exprimer clairement sa vision et son ambition en des termes simples, explicites et innovants.

« Je pense fondamentalement que le futur sera beaucoup plus excitant et intéressant si nous devenons une civilisation spatiale et une espèce interplanétaire. » – Elon Musk (CEO, SpaceX)

Cette volonté ferme de modeler le futur se retrouve chez la plupart des entrepreneurs emblématiques de la côte ouest des Etats-Unis qui en seulement quelques décennies ont bouleversé l’ordre économique mondial en transformant des industries entières par des inventions de rupture qui ont ouvert de nouveaux champs. Ce sont, entre autres, Steve Jobs (Apple), Jeff Bezos (Amazon), Sergei Brin et Larry Page (Google), Mark Zukerberg (Facebook), etc.

 

Principe de base 2 : Les principes premiers

  1. Savoir poser la bonne question.
  2. Y apporter une réponse en sachant s’extraire de l’existant.

C’est ce qu’Elon Musk appelle « réfléchir à partir des principes premiers« .

Bien poser la bonne question est le prérequis indispensable pour y apporter la bonne réponse. L’objectif est de rechercher la bonne question plus que la bonne réponse.

Les deux questions majeures d’Elon Musk sont : Comment développer la production et l’utilisation d’énergie durable ? Comment explorer l’espace et faire de l’espèce humaine une espèce multiplanétaire ?

Savoir poser la bonne question permet de s’extarire de l’existant, des idées reçues, des croyances limitantes, des évidences, des habitudes afin d’explorer de nouveaux horizons.

« Je pense qu’il est important de raisonner à partir des principes premiers plutôt que par analogie. […] Cela signifie réduire les choses à leurs vérités fondamentales, à ce qui est vrai ou possiblement vrai, et de raisonner ensuite, et uniquement, à partir de là. Cela requiert beaucoup d’énergie mentale. » – Elon Musk

 

Principe de base 3 : Du soft au hard

L’ére numérique s’est ouverte dans la Silicon Valley aux Etats-Unis, sous l’impulsion du développement des semi-conducteurs puis des transistors et enfin des microprocesseurs. Les premiers ordinateurs grand public y voient le jour. A la même époque, va se développer l’un des autres piliers majeurs de l’ère numérique : Internet.

L’ère numérique va ensuite connaître une croissance exponentielle au rythme de la fameuse loi de Moore. Aujourd’hui, l’ère numérique n’est plus un secteur de l’économie, c’est toute l’économie qui est devenue numérique.

En moins d’une génération, naissent de nouveaux géants qui vont devenir les plus grandes entreprises du monde : Apple, Amazon, Google, Alibaba, Baidu, Tencent, Tesla, SpaceX, etc.

Ces grandes entreprises placent la donnée au coeur de leur approche, leur stratégie et leur organisation. Leur « système d’exploitation » capte, centralise et traite l’ensemble des données produites par leur chaîne de valeur. Les données sont une source de valeur dont l’exploitation simplifie et améliore de manière continue l’organisation, les produits et les services de ces entreprises. On part donc du soft pour aboutir au hard, du virtuel au réel.

 

Principe de base 4 : Réaliser des choses complexes de manière simple et esthétique

Tout comme chez Steve Jobs, la recherche de l’esthétique et de la simplicité dans chaque détail est une obsession permanente. C’est le chemin vers la performance des produits, services, systèmes ou organisations.

« Si vous voulez faire un produit, faites qu’il soit beau, même si cela n’affecte pas les ventes. » – Elon Musk

Pour Elon Musk, en matière technologique, ce qui n’est pas simple et esthétique ne peut pas bien fonctionner. Il a pris donc l’habitude de passer en revue les moindres détails de ses produits.

Steve Jobs, également, avait une telle obsession de la recherche de la perfection qu’il poussait ses équipes à s’assurer que chacun de ses produits était conçu de la meilleure manière possible. Le succès des produits Apple vient de cette quête de simplicité dans le design physique et logiciel.

« La simplicité est la sophistication ultime. » – Léonard de Vinci

La quête des innovateurs-entrepreneurs : réaliser des choses complexes avec simplicité et esthétique.

 

Principe de base 5 : Croissance exponentielle

La plupart des innovateurs-entrepreneurs manifestent leur volonté d’améliorer le monde en transformant des industries entières en quelques années. Pour ce faire, ils doivent impulser à leurs entreprises un rythme rapide, soutenu pour une croissance exponentielle.

Ces entrepreneurs ont une vision à long terme. Ils réinvestissent automatiquement les bénéfices générés pour une croissance rapide de leurs entreprises. Ils conçoivent leurs entreprises comme des outils de production au service d’objectifs de transformations massives, capables de provoquer des ruptures technologiques, industrielles et culturelles dans un laps de temps.

Leur mission : améliorer le monde en transformant leur vision en réalité.

Voici les trois piliers de cette culture de croissance exponentielle :

  1. Assumer que seule une croissance à deux chiffres a du sens et de l’intérêt.
  2. Dégager d’importantes marges de bénéfices.
  3. Réinvestir ces bénéfices au service de la mission.

« Je suis très chanceux car j’ai l’impression d’avoir un objectif de vie aligné sur la mission de Blue Origin qui est, je pense, incroyablement important pour la civilisation humaine à long terme. » – Jeff Bezos

 

Principe de base 6 : L’organisation ruche

L’organisation de ruche est faite pour provoquer la communication, l’échange d’informations et d’idées. Elle libère de l’espace pour interagir, expérimenter, échouer et apprendre. En cela, elle est fertile pour l’émergence de l’intelligence collective et de l’innovation.

Par exemple, SpaceX ou Tesla s’organisent sous la forme de petites équipes, les « forces spéciales » ou « commandos de l’innovation » centrées sur des missions, des tâches précises. Tout est fait pour valoriser la rapidité, la réactivité, la créativité, la responsabilité et l’autonomie.

« Cela ne fait aucun sens d’embaucher des gens intelligents puis de leur dire ce qu’ils doivent faire. Nous enrôlons des gens intelligents afin qu’ils nous disent ce que nous devons faire. » – Steve Jobs

Au contraire de l’organisation pyramidale, verticale et hiérarchique qui a dominé le XX ème siècle, l’organisation de ruche dominera certainement le XXI ème siècle. De par sa souplesse, cette dernière organisation encourage l’exploration, la créativité dans un univers complexe en permettant ainsi d’obtenir de la motivation, de l’engagement et de l’innovation.

 

Principe de base 7 : Design itératif

La culture du design itératif permet de chercher à prototyper et tester le plus rapidement possible. C’est un avantage en matière d’innovation.

Pour être efficace, le design itératif doit être accompagné d’une culture de prise de risques acceptant les erreurs et les échecs. C’est la culture du « test and learn » : Expérimenter vite, échouer vite le cas échéant, mais toujours apprendre encore plus vite pour s’améliorer en permanence. L’objectif est de livrer rapidement et régulièrement des produits et services à grandes valeur ajoutée. Le retour d’informations aide à prototyper, à tester, à ajuster, à modifier afin d’arriver à ce que l’on souhaite produire.

Les entreprises comme Tesla ou SpaceX s’inscrivent dans une recherche d’amélioration continue de leurs produits, chaînes de production ou encore organisations.

« Nous pilotons par les feedbacks pour nous assurer d’apprendre et de corriger rapidement. » – Gwynne Shotwell (Directrice des opérations, SpaceX)

Principe de base 8 : Des commandos de forces spéciales

Pour les entreprises technologiques innovantes, la ressource la plus importante est le capital humain. Ce sont les femmes et les hommes qui mettent leurs talents au profit d’une mission.

« Le personnel est bel et bien notre plus grande ressource, car un personnel top niveau est le seul moyen permettant de réaliser de grandes choses. » – Gwynne Shotwell

Au-délà des brevets, des machines et même de l’argent, les entrepreneurs-innovateurs se focalisent sur le capital humain. Ils s’intéressent plus au potentiel des candidats.

Le potentiel suppose la curiosité. Le candidat au recrutement doit donc avoir l’envie constante de rechercher de nouvelles connaissances et expériences dans un souci d’amélioration continue.

En recrutant des profils talentueux et autonomes, les entrepreneurs-innovateurs peuvent ensuite faire confiance et déléguer.

Au coeur des entreprises technologiques innovantes, existe une forte culture d’entreprise, une sorte d’ADN, une matrice qui relie le personnel et permet aux membres de coopérer et collaborer au service d’une vision, d’une mission.

 

Principe de base 9 : L’innovateur-entrepreneur

L’innovateur-entrepreneur incarne la culture de son entreprise. Il la transmet ensuite à ses employés. Il développe et partage sa vision, source d’engagement et d’implication pour ses salariés. Il en assure la cohérence et impulse sa mise en oeuvre. C’est un vrai leader.

La catégorie d’entrepreneurs que l’économiste Joseph Schumpeter qualifie d’ « innovateurs-entrepreneurs » est une catégorie à part. Cette catégorie regroupe des figures emblématiques telles que Henri Ford, Thomas Edison, Gustave Eiffel, John Rockefeller, les frères Renault, etc. Ce sont des « chevaliers d’industrie ».

L’ère numérique a donné naissance à une nouvelle génération d’innovateurs-entrepreneurs à l’instar de Steve Jobs, Elon Musk, Jeff Bezos, etc. Ces entrepreneurs s’aventurent dans l’inconnu et provoquent des innovations de rupture.

___________________

Innover comme Elon Musk, Jeff Bezos et Steve Jobs, d’Alain Dupas, Jean-Christophe Messina, Cyril de Sousa Cardoso, 2019, Odile Jacob, 176 pages.

Pour acheter ce livre sur Amazon :

__________________

Cet article vous a plu? Partagez-le avec vos amis.

Votre avis m’intéresse. Laissez-moi votre commentaire en dessous !